Historique de notre village

Vous trouverez dans ce chapitre, l'histoire du village.
Nous comptons sur tous les adeptes de notre histoire pour qu'ils nous aident dans constitution des prochaines pages.

Bonne lecture.

Un brin d'histoire...

Le seul nom de "Château-Gaillard" évoque volontiers une forteresse puissante destinée à défendre la population contre l'assaillant.
Hélas, de l'ancien château fort du domaine des Sires de Coligny, il ne reste plus qu'une tour en ruine, mais le village a gardé à travers les siècles ce nom prestigieux.

Le village de Château-Gaillard est situé sur une sorte de terrasse dominant la rivière d'Ain.

Des fouilles archéologiques faites d'abord sous le règne de Napoléon III, puis à nouveau en 1984 lors des sondages préalables au tracé de l'autoroute, ont montré que Château-Gaillard était déjà habité à l'âge de pierre : 18 tumulus ont été dénombrés, dont l'un est encore bien visible à l'entrée Est du hameau de Cormoz : une butte surmontée d'une croix.



Lors de leur exploration, tous les tumulus encore intacts contenaient des armes ou des ornements de bronze reposant au centre d'un cercle de gros cailloux, sur des corps "simplement inhumés ou imparfaitement incinérés" ; quelquefois, les archéologues y ont également découvert les débris d'un collier et de perles en émail.
Ces armes et ces parures sont aujourd'hui conservées au Musée des antiquités nationales de Saint Germain en Laye.
D'autres vestiges ont également été mis à jour : des tombes et des enclos circulaire de la Protohistoire, des établissements circulaires et des nécropoles datant de l'Antiquité, un village mérovingien et carolingien du Haut Moyen Âge.
Château-Gaillard, dénommé "Castrum Gaillardi" selon la graphie de 1385, fut certainement un castellum habité à l'époque romaine, puisqu'on y a découvert en 1822, sur les flancs du coteau où était autrfois implanté le château fort, des tombeaux, des pièces de monnaies et des quantités de tuileaux à rebord.

Au Moyen Âge, Château-Gaillard était, sous la domination de la Maison de Savoie, une seigneurie en toute justice avec un château fort appartenant aux Sires de Coligny.
Ce château, qui a été construit de 1345 à 1350, pendant la guerre entre la Savoie et le Dauphiné était certainement destiné, avec le château de Saint Germain et de Saint Denis, à bâtir, une ligne de défense allant du débouché de la cluse des Hôpitaux jusqu'à la rivière d'Ain.
Le village prit le nom de Château-Gaillard à partir du 14ème siècle ; il fut rattaché à la seigneurie de Saint-Germain d'Ambérieu, puis inféodé successivement au cours des siècles à plusieurs familles : les Longecombe, la Balme, la famille d'Aymard de Clermond, puis au Comte de Varax, aux Monferrand, et enfin à la famille de Murat de Lestang à la Révolution de 1789...

En 1833, Monseigneur Devie se rend à Château-Gaillard pour célébrer la confirmation de ses ouailles ; son secrétaire note dans son procès verbal : "l'ancien château dont on ne voit pus que des ruines (...) est noir et charbonné ; on dirait qu'il y a eu là quelque incendie".
De l'immense et glorieuxed château fort isolé dans la plaine, il ne subsiste plus depuis lors que la ruine d'un mur d'angle arrondi et creux.

Du 19ème siècle jusqu'en 1975 environ, la commune reste en majorité rurale : presque tous les habitants sont agriculteurs et l'élevage des vaches laitières se maintient avec une moyenne de 8 à 10 vaches par exploitation ; on ne compte qu'une dizaine d'entreprises artisanales.
Le tracé de l'autoroute Lyon Genève, avec un péage sur son territoire, a apporté une nouvelle dynamique. De nouvelles entreprises se sont implantées près de la sortie de l'autoroute.
Les petites exploitations agricoles ont peu à peu disparu et ont fait place à des fermes dont l'activité s'est tournée vers l'élevage bovin pour la viande et la culture du maïs et du tournesol.
En 2009, seules deux fermes possédiaent encore un troupeau de vaches laitières.

Lien avec les archives numérisées départementales :
http://www.archives.ain.fr/archive/catalogue/Communesdelain/chateau-gaillard/n:312